Le fanion vert et rouge. Site non institutionnel
Copyright le fanion vert et rouge. Tous droits réservés. Concepteur et webmaster J-Yves Morvan
Source: Répertoire des chefs de corps de Légion étrangère - Major (h) Christian Remy    Centre de documentation de la Légion étrangère - Texte Livre d'or de la Légion étrangère & le 1er Etranger. Les chefs de corps de la Légion étrangère de 1831 à 1902 (Le premier officier à commander des légionnaires fut le chef de bataillon Sicco, un ancien des guerres de l’Empire).
Cette icône indique qu’une biographie (non contractuelle) succincte est disponible.
Campagne: l’Afrique du Nord qui ne prendra le nom d’Algérie (nom imaginé par la France) qu’en 1839. Dés la fin de 1831, plus de cinq bataillons de la Légion seront envoyés à Alger, Oran et Bône. Fin 1832, la Légion étrangère se compose de 7 bataillons. - le 1er comprend les hommes ayant servi   sous la restauration dans les régiments   suisses et dans celui de Hohenlohe - les 2ème et 3ème comportent des Suisses   et des Allemands - le 4ème des Espagnols - le 5ème des Sardes et des Italiens - le 6ème des Belges et Hollandais - le 7ème des Polonais
Col Stoffel 1831
Col Combes 1832
Lcl Mollenbeck 1832
 Col Bernelle 1832 et 1833
1ère Légion étrangère 1831-1835
La Légion étrangère en Espagne 1835-1839
Col Bernelle 1835
Col Baux 1836
Col Conrad 1836
Cba Cros d’Avenas1836
Lcl Ferrari 1837
Déjà en Espagne, la Légion mérita la fière devise, inscrite plus tard sur ses Drapeaux « Honneur et Fidélité ». L’ordonnance royale espagnole, du 8 décembre, licenciait la Légion. Elle rentre en France 1839. 
2ème Légion étrangère 1836-1841
Régiment étranger 1862-1864
Cba Bedeau 1836
Col Butet 1862
Col Jeanningros 1862
Col Mollenbeck 1840
Col Hulsen 1837
Légion étrangère 1864-1871
Col Jeanningros 1862
Lcl de Briche 1863
Gal Jeanningros 1865
Col Roussel 1866
Col Guilhem 1866
Col Canat 1870
Col Deplanque 1867
Lcl d’Ornano 1865
Col Lavoignet 1865
Col Curten 1870
Col Thiery 1871
    Col Mallaret 1871
Col Chaulan 1871
Après le combat héroïque de Camerone, la Légion poursuit sa tâche ingrate et pénible. Le colonel Jeanningros ne cesse de réclamer la relève de son régiment. Il a enfin gain de cause et, en février 1864, à Puebla, il réorganise ses bataillons dont les pertes en 1863 été de 11 officiers et 800 hommes. Les renforts venus d’Algérie et le recrutement fait sur place, lui permettent de constituer quatre bataillons. Avec cette outil de guerre qu’il a forgé, il participe à la pacification de l’état de Puebla. A la fin de 1864 la Légion prend part aux opérations dirigées contre la place d’Oaxaca, qui se rend le 9 février. En mars 1867, le Régiment regagne l’Algérie. Il compte 31 officiers, 1917 sous-officiers et légionnaires tués ou morts de maladie.
Col Mallaret 1871
Légion étrangère 1875-1884
Col de Négrier 1881
Régiment de marche d’Afrique au Tonkin 1886-1905
Lcl Tadieu 1886
Col Lannegrace 1900
Lcl Alix Rec Seine 1902
Col Grisot 1883
Col Oudri 1895
Lcl Cussac 1900
Il faut rechercher les causes de notre intervention militaire à Madagascar dans la non-exécution des clauses du traité de 1885 qui avait établi notre Protectorat sur l’île. Le 3 février 1895, la création d’un « Régiment d’Algérie » est décidé. Il se compose d’un bataillon de la Légion étrangère (1er bataillon) et de deux bataillons de tirailleurs algériens (2ème et 3ème). Le bataillon de Légion est formé à Sidi bel-Abbès par la réunion de deux compagnies du 1er Etranger et de deux compagnies du 2ème Etranger. Le commandant Barre est placé à sa tête. Le bataillon rejoint le gros du Régiment d’Algérie le 23 avril. Le colonel Oudri, du 2ème Etranger, commande le régiment. Le 22 octobre 1895, la Légion quitte Tananarive. Les 20 officiers et les 358 légionnaires du bataillon regagnèrent l’Algérie à la fin de l’année. De 1896 à 1902, la Légion est de nouveau présente sur l’île.
Régiment de marche de Madagascar 1895-1902