Le fanion vert et rouge. Site non institutionnel
Copyright le fanion vert et rouge. Tous droits réservés. Concepteur et webmaster J-Yves Morvan
Depuis 1863, la Légion étrangère conserve un prestige qui ne se dément pas. Le secret de cette longévité ? Des traditions solidement ancrées et des symboles transmis de génération en génération... Aux yeux du grand public, le légionnaire se reconnaît avant tout à ses particularités vestimentaires. Bien qu’en règle générale l’uniforme soit celui de l’infanterie métropolitaine, des détails distinctifs ont permis au légionnaire de se singulariser. Source: Le grand livre des insignes de la Légion étrangère de Tibor Szecsko. La Légion puise dans son esprit de corps une partie de la force qu’elle ne saurait tirer de sources plus classiques, telles que le patriotisme. C’est ce qu’exprime la devise de la Légion:  « Legio patria nostra ». Les traditions contribuent à donner toute sa puissance et sa vivacité à un esprit de corps qui repose sur quatre piliers qui sont l’essence même de l’éthique légionnaire: Le caractère sacré de la mission - La rigueur dans l’exécution - La solidarité - Le culte du souvenir.
Le képi blanc                         Devenu    un    attribut    légendaire    du    corps,    il    n’en    a    pourtant    pas    toujours    été    la    marque spécifique.   Au   siècle   dernier,   les   divers   corps   de   troupe   opérant   en   climat   chaud   portaient souvent    une    coiffure    blanche,    parfois    accompagnée    d’un    couvre-nuque    flottant;    ce    fut particulièrement   le   cas   lors   des   campagnes   du   Second   Empire...   La   couleur   en   était   d’ailleurs surtout   kaki.   Les   lavages   répétés   et   les   atteintes   du   soleil   vont   finir   par   amener   un   pâlissement marqué   qui,   aux   yeux   des   hommes,   va   devenir   l’attestation   de   leur   qualité   de   “baroudeur”   et   de vétéran du bled. C’est   après   la   Grande   Guerre   que   le   képi   blanc   devient   progressivement   la   marque   distinctive de   la   Légion   étrangère.   La   prescription   ministérielle   de   1926   reconnaît   aux   légionnaires   le   port distinctif   du   képi.   En   1933,   une   autre   décision   officielle   admet   implicitement   la   coiffe   blanche du   képi   comme   leur   caractéristique   en   tenue   de   sortie.   Dès   lors,   la   tradition   fait   tache   d’huile dans toute l’Afrique du Nord et au Levant. Lors   du   défilé   du   14   juillet   1939,   le   public   parisien,   déjà   sensibilisé   par   le   cinéma,   découvre   de visu ce qui est devenu l’apanage de la Légion... Képi blanc rime désormais avec légionnaire. Aujourd’hui, les engagés volontaires le reçoivent en grande cérémonie à l’issue de l’instruction au sein du 4e régiment étranger.
Les épaulettes vertes et rouges Le    port    en    remonte    à    1868,    après    la    suppression    des    compagnies    d’élites    (grenadiers    et voltigeurs)   dans   toute   l’armée   française.   La   couleur   verte   du   corps   et   rouge   des   tournantes   et franges   sont   spécifiques   à   la   Légion   dès   cette   époque.   A   partir   de   1881,   on   ne   les   porte   plus qu’en   garnison.   Supprimées   une   première   fois   de   1884   à   1887,   elles   le   sont   à   nouveau   en   1915. C’est   en   1930   que   le   colonel   Rollet   obtient   leur   résurrection,   en   prévision   des   festivités   du centenaire de la Légion étrangère.
La grenade à sept flammes Attribuée   officiellement   au   Régiment   étranger   à   la   fin   de   1873,   elle   se   présente avec   flammes   écartées   et   bombe   pleine.   Par   la   suite,   le   nombre   de   flammes, leur   disposition,   l’aspect   de   la   bombe   sont   sujets   à   maintes   variations.   Dans   les années     qui     précèdent     la     Seconde     Guerre     mondiale,     l’attribut     prend progressivement   la   forme   qu’on   lui   connaît   aujourd’hui:   sept   flammes   (dont deux   en   retour),   le   plus   souvent   accolées,   et   bombe   creuse   portant   le   numéro du régiment.
La ceinture bleue Remontant à l’époque de la conquête de l’Algérie, cette ceinture était à l’origine une précaution sanitaire et se portait sous les vêtements pour tous les soldats de l’armée d’Afrique. Par la suite, de couleur bleue ou rouge, elle devînt plutôt un attribut décoratif et se porta de manière visible, extérieurement, sur la capote ou sur la veste. C’est en 1882 que la Légion se vit officiellement attribuer la ceinture bleue.
Le béret vert Son   usage   est   plus   récent.   A   l’origine,   ce   sont   les   légionnaires   parachutistes qui   le   portaient   lors   de   la   guerre   d’Indochine,   pour   se   différencier   de   leurs camarades coloniaux ou métropolitains. Pendant la guerre d’Algérie, le port en est progressivement étendu (1958- 1959) à toutes les unités, dans toutes circonstances, en alternance avec le képi, sauf en ville ou à la parade.
La cravate verte Elle   était   portée   avant   1939   par   les   officiers   en   Algérie.   En   1945   elle   s’est généralisée par la récupération de surplus provenant des chantiers de jeunesse. Son port est réglementaire depuis 1946. 
Les chevrons d’ancienneté Portés    sous    l’écusson    de    manche    gauche    par    les hommes    de    troupe    et    les    sous-officiers,    ils    sont    la preuve      visible      de      l’ancienneté      de      service      du légionnaire,   selon   un   usage   remontant   à   1929,   qui   lui même    est    l’héritier    de    pratiques    plus    anciennes    (les brisques   d’autrefois);   chaque   chevron   correspond   à   un période   de   cinq   ans   accomplie   au   sein   de   la   Légion étrangère
Le tablier des pionniers Spectaculairement   visible   lors   des   défilés,   les   pionniers   arborent   un   tablier qui   est   un   héritage   du   XVIII°      siècle;   à   cette   époque,   les   sapeurs   d’infanterie portaient un tablier de peau de couleur jaune. A   la   Légion,   utilisé   dès   1835,   en   Espagne,   porté   épisodiquement   depuis cette    date,    la    création    de    compagnies    de    sapeurs-pionniers    au    sein    des régiments   étrangers   après   la   Grande   Guerre   fut   l’occasion   de   remettre   en vigueur   par   la   suite   cette   marque   distinctive   lors   des   défilés,   rappelant   ainsi la   vocation   de   bâtisseur   des   légionnaires   par   une   très   vieille   tradition   de l’armée française.  
Les plis de la chemise Parce que « Rigueur » n’est pas un vain mot à la Légion étrangère ... Les chemises des légionnaires comportent des plis réglementaires. Ils sont définis avec une précision qui ne tolère pas l’à-peu-près. Certains plis doivent être espacés de 5,3 cm, d’autres de 3,5 cm.